Je n’aime pas être enceinte et j’assume !

NE PAS AIMER ETRE ENCEINTE-01

Porter la vie est une chose merveilleuse et je sais que toutes les femmes n’ont malheureusement pas cette chance. Je suis d’ailleurs très heureuse de porter la vie une seconde fois et de voir d’ici quelques mois, notre famille s’agrandir.

Cependant, je vis ces 9 mois de grossesse comme une épreuve de vie. Un moment difficile, éprouvant, fatiguant et bouleversant en tant que femme. Pour être honnête, j’ai l’impression qu’on nous fait endurer un “Ironman” en vue d’être préparées aux 30 prochaines années qui nous attendent.

Alors attention, l’idée de cet article n’est clairement pas de faire peur aux femmes qui ont un désir de grossesse. Loin de moi cette idée ! Je souhaite simplement partager mon vécu pour me déculpabiliser, mais aussi déculpabiliser les femmes qui vivent la même chose que moi.

J’ai bien conscience que certaines femmes ne seront pas d’accord avec mes propos et heureusement.

Fatigue et nausées

Pour débuter, les premiers mois ont été chaotiques pour mes deux grossesses. Une fatigue intense m’a transformée, moi (la nana qui n’arrive pas à rester en place) en une baleine échouée sur le canapé qui veut toujours dormir.

Et comme si cela ne suffisait pas, elle m’a fait le cadeau absolu : “les nausées” et en continu tout au long de la journée bien sur. Vous savez, celles qui ne vous lâchent pas malgré l’homéopathie, le gingembre, les bracelets d’acupuncture, la marche à pied… Et qui vous ne permettent pas de vous alimenter correctement, ce qui vous fait indéniablement perdre du poids.

A cela s’ajoute un développement du “nez”. Oui, oui, enceinte dès qu’une odeur arrive à mes narines, je peux vous indiquer de quelle molécule il s’agit et bien souvent celle-ci me donne la nausée et me dégoute.

Constipation et hémorroïde

Et bien oui, parlons en de ce sujet “glamour” qu’une femme sur deux connaitra au détour de sa magnifique grossesse : la constipation.

La progestérone, secrétée en abondance pendant la grossesse, a la propriété de ralentir notre transit. Merci pour ce beau cadeau supplémentaire ! Et qui dit constipation, dit hémorroïde, c’est la cerise (sur le gâteau ;-))!

Alors bonjour les laxatifs (sur avis médical bien entendu) et en petite quantité quand vraiment c’est nécessaire pour survivre.

Les interdits !

Enceinte (et si tu n’es pas immunisée contre la toxoplasmose), tu dois te priver, oui, oui, te priver de toutes les bonnes chairs : tartares, carpaccios, fromages qui puent, saucissons, jambons crus, sushis, pâtés, foies gras… Bref la liste est longue ! Il y a même une appli qui a été inventée pour te permettre de tapper ce que tu veux manger et ainsi savoir si cela t’est interdit, tellement cette liste est sans fin. Non mais sérieusement ! Alors oui ce n’est que 9 mois mais cela parait être une éternité quand on doit le vivre et que la bouffe fait partie intégrante de notre “art de vivre”.

Et comme si ce n’était pas suffisant, on doit bien entendu s’abstenir de picoler. Terminé le bon petit verre de pinard pour festoyer avec le chéri ou les amis.

Changement de corps

Sans doute un des bouleversements les plus incroyables pour le corps d’une femme. Je ne cesserai d’être impressionnée par l’aptitude de notre corps à prendre 20 kg dont en moyenne 3,2kg d’un bébé à naitre. Alors bien sur tout ceci est incroyable mais incontestablement ces modifications du corps entrainent une série en chaine de maux : remontées acides, mal de dos, rétention d’eau, pubalgie et j’en passe.

J’ai vraiment du mal en tant que femme à accepter ce corps qui change autant et à accepter de ne plus avoir la maitrise sur celui-ci.

Fini les séances shopping sympas entre copines où l’on dégotait de jolies tenues à porter. Pendant 9 mois on peut bannir notre sexe appeal si on veut être à l’aise dans nos vêtements avec ce corps de baleine.

En conclusion

Il faut savoir que dans notre société il est encore tabou de reconnaître et d’assumer le fait que l’on puisse ne pas aimer être enceinte. Les bouquins, applis de grossesse, médias & émissions traitent malheureusement assez rarement de ce sujet. Et pourtant, je trouve qu’il est très important de le banaliser et de faire comprendre aux femmes qui vivent cela, qu’il n’y a aucune honte à avoir. Chacune doit vivre ce moment de vie à sa manière car nous sommes toutes différentes !

Alors oui, j’assume pleinement, je déteste le fait d’être enceinte, ce qui ne m’empêche pas d’être heureuse de l’arrivée de notre petit bout !

Et je vais m’arrêter ici, sans poursuivre sur “l’après accouchement” et “les fameuses suites de couches”. Je vous réserve un article complet sur le sujet tellement il y a de choses à dire là aussi.

Mon conseil si vous ne vivez pas bien votre grossesse, c’est de ne surtout pas hésiter à en parler à votre entourage, aux professionnels qui vous suivent et de réussir à en rigoler !

Et vous, vous avez aimé être enceinte ?

6 Comments

  1. Hello, eh bien j’approuve à 100 % tout ce que tu as dit ! J’ai été la plus heureuse de porter mon amour de bébé mais alors ça a été 9 mois de galère, et franchement je tire mon chapeau à mon mari d’avoir vécu tout cela sans broncher et en me soutenant. Bref 9 mois où je n’étais plus moi-même du tout !
    Et effectivement je suis à M+1 post parfum, là clairement c’est le mois où tu perds toute dignité (pour ma part en tout cas) Moi qui pensais que tout serait terminé après l’accouchement et que tout redeviendrait comme avant.. J’avais tort ! Bon sauf pour la bouffe ! Mais on rencontre d’autres galères corporels et ça pour le coup, elles sont méga tabou !
    Bref bon courage pour cette grossesse car effectivement c’est un merveilleux événement mais perso je fais partie des femmes qui ont beaucoup trop galéré et je compatis à tes maux !

    1. Merci Émeline pour ta lecture ! Et merci pour ton témoignage. Oh oui, je sais au combien l’après est un choc pour une première grossesse quand personne ne nous a prévenu. J’y consacrerai un article également.

  2. Moi j’ai adoré être enceinte malgré les nausées, les brûlures d estomac… Pour mes 3 grossesses, j’ai eu beaucoup de nausées et de brûlures d’estomac qui m’ont réveillé les nuits… Mais malgré ses désagréments, j’ai adoré ça, porté la vie, sentir les petits coups, j’ai tellement aimé ça que je rêve d’une dernière grossesse…

  3. Merci Cécile pour cet article, je ne sens moins seule. Pour moi les 4 premiers mois sont un vrai “calvaire” et le mot est faible… quand je dis que je n’en aurais pas d’autres les gens sont souvent surpris voir choqué. J’ai déjà un garçon qui va avoir 3 ans et la j’attends une petite fille. Pour moi la boucle est bouclée. Et je ne veux plus JAMAIS vivre ça.

    1. Merci Sandra pour ta lecture et pour ton partage d’expérience. Je te comprends tellement. Pendant ma première grossesse, je m’étais dit, plus jamais tellement j’avais également vécu cela difficilement. Je te souhaite une belle fin de grossesse en espérant que tes maux s’atténueront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.