L’apprentissage de la propreté, une histoire de récompense ?

Comme vous le savez si vous me suivez sur Instagram, Mlle B est propre depuis plusieurs mois (jour à 26 mois et nuit à 28 mois).

Vous êtes nombreuses à vous poser des questions sur le sujet et à m’interroger. J’ai donc eu envie de partager avec vous des choses qui ont fonctionné chez nous et qui pourraient vous être utiles.

Quel est le bon timining ?

Dès l’âge de 2 ans votre enfant peut commencer à détecter le moment où il est sur le point de faire pipi ou caca. Ce n’est d’ailleurs qu’à partir de ce moment qu’il pourra apprendre à contrôler sa vessie et ses selles afin de pouvoir se retenir lorsqu’il commence à sentir qu’il a envie.

Pour savoir si votre enfant est prêt, voici quelques signes qui nous ont montré que Mlle B était prête :

  • Elle allait elle-même sur son pot pour s’assoir dessus et nous imiter sur les toilettes
  • Elle adorait nous accompagner aux toilettes
  • Elle nous questionnait quand nous étions aux toilettes
  • Elle cherchait à gagner en autonomie (je sais faire toute seule)
  • Elle nous disait quand sa couche était sale
  • Elle restait les fesses au sec pendant plusieurs heures
  • Elle demandait par elle-même à être changée

Mes conseils pour apprendre la propreté

✩ Ne forcez pas

L’âge de la maîtrise de la propreté peut varier d’un enfant à l’autre. Alors même si votre enfant a l’âge de Mlle B et qu’il n’est pas propre, no stress ! Tout vient à point à qui sait attendre et il est inutile de le forcer à devenir propre tant qu’il n’est pas prêt au risque de ralentir son apprentissage voire de le bloquer.

Pour commencer en douceur, vous pouvez commencer par demander à votre enfant s’il veut aller sur le pot chaque fois que vous changez sa couche ou que vous allez aux toilettes en sa présence. On n’insiste pas davantage, on ne fait que proposer !

✩ Choisissez le bon moment pour votre enfant

Bien sur, il n’y a pas de moment idéal pour débuter l’apprentissage de la propreté. Cependant, je vous conseille de commencer (si vous le pouvez) durant une période de vacances afin d’être disponible pour votre enfant et les éventuels accidents. Ainsi vous garderez votre calme et ne perdrez pas patience du fait de devoir être prêt pour partir travailler à l’heure.

Dans notre cas les vacances d’été ont été le moment idéal pour entreprendre cette étape, car pendant cette saison les vêtements sont faciles à enlever et vous pouvez même laisser l’enfant sans couche ni culotte.

Enfin, je vous déconseille de commencer cet apprentissage lors d’un moment stressant pour votre enfant : déménagement, rentrée à l’école, l’arrivée d’un petit(e) frère/soeur…

✩ Familiarisez-le avec le pot ou le réducteur de toilettes

Très tôt (12 mois), nous avons mis à disposition un pot dans nos toilettes en expliquant à Mlle B à quoi cela servait. Lorsqu’elle a commencé à nous questionner, nous nous sommes mis à lui proposer de s’asseoir dessus, même habillée afin de l’habituer et de l’encourager à faire comme nous ! Puis nous la félicitions chaque fois qu’elle essayait.

Très vite Mlle B a voulu aller sur les “grands toilettes”, nous lui avons donc acheté un réducteur de WC pour qu’elle puisse nous imiter. Si votre bébé ne veut pas du pot, n’hésitez donc pas à lui proposer un réducteur pour toilettes.

 Astuce – DIY

Pourquoi ne pas lui offrir des autocollants afin qu’il personnalise son petit pot à son goût ? Vous pouvez même l’amener au centre commercial afin qu’il choisisse son petit pot ou son réducteur de toilettes.

Récompensez-le

Dès que Mlle B a commencé à faire pipi/caca sur son pot puis dans son réducteur de WC, nous l’avons récompensée en lui permettant de coller un joli sticker étoile sur un tableau. Et je peux vous dire que cela a très bien fonctionné chez nous ! Elle a adoré le concept.

En revanche, s’il ne se passait rien, nous la laissions se relever et retourner jouer sans manifester aucune déception ni remarque.

A chaque nouvelle étape, a chaque nouveau succès, nous avons félicité Mlle B d’avoir agi «comme un(e) grand(e)» afin de l’encourager à passer de nouvelles étapes.

✩ Passez à la culotte en coton

Dès que Mlle B a commencé à faire systématiquement pipi/caca aux toilettes et que ses couches restaient propres, nous lui avons proposé d’aller acheter de jolies culottes pour enlever les couches.

Elle a alors été motivée à rester au sec afin de pouvoir porter des culottes “de grande”. 

Bien sûr, les accidents pourront arriver. Cela a été très rare dans notre cas (moins de 5 fois) mais c’est un bon moyen de les motiver à quitter la couche définitivement.

✩ Supprimez la couche pendant le dodo

Une fois que Mlle B a réussi à rester propre toute une journée et ce même pendant ses siestes, nous lui avons proposé de ne plus mettre de couche pendant les dodos de la nuit. Nous lui avons expliqué que si elle avait envie d’aller aux toilettes, il lui suffisait de nous appeler et d’aller sur le pot.

L’apprentissage en dehors de la maison

Nous avons toujours tenu informées de ses progrès, toutes les personnes qui s’occupaient de près ou de loin de Mlle B (famille, personnel de crèche…).

En effet, il était important pour nous que ses efforts soient suivis et qu’elle ne soit pas perturbée par différentes façons de faire.

Nos sorties pendant son apprentissage de la propreté

Tant que nous n’étions pas sûrs d’elle et que nous savions que nous sortions pour un long moment, nous lui mettions une couche. Mais si nous sortions pour un court moment et que l’on pouvait facilement avoir accès à des toilettes, nous osions ne pas lui mettre de couche !

Nous entreprenions de la mettre sur le pot juste avant de partir sans oublier pas de prendre des vêtements de rechange. Et nous essayons de ne pas la faire trop boire (30 min) avant notre départ.

Les livres que je vous conseille sur la propreté

Le super livre d’Émile Jadoul “Gros pipi”. Pour un enfant de 2 ans, il est génial !

Livre “Sur le pot”. Ce livre animé découpe les différentes étapes qui vont conduire bébé sur le pot. À chaque page, une languette permet d’activer un élément de l’image.

Qu’y a-t-il dans ta couche ?  Un livre avec des rabats pour les tout-petits! Bébé souris est très curieuse, elle veut tout savoir sur le pipi et le caca! Suis la dans ses découvertes!

Et chez vous ? Apprendre la propreté à bébé a-t-il été facile ? Quelles sont vos astuces ? Avez-vous connu des difficultés particulières ? 

7 Comments

  1. Mila a été propre à 22 mois, jour et nuit. Cela s’est fait naturellement. Pas de récompense particulière elle était juste folle de joie à chaque fois qu’elle faisait dans le pot 😊 par contre les toilettes ne l’ont jamais vraiment intéressé. Encore aujourd’hui à la maison elle préfère son pot plutôt qu’être sur le réducteur au WC, mais pas de problème pour les toilettes en dehors de la maison. Peu importe au final, si elle se sent mieux de cette façon !

    1. Merci Charlotte pour ton partage d’expérience. Au contraire, je pense que sa récompense et donc sa source de motivation a été de te voir folle de joie à chaque fois ! 🙂

  2. Louisa a 26 mois, et nous sommes en plein dans l’apprentissage … merci pour ton article, mais c’est vrai que chaque enfant est différent et c’est surtout lui qui décide.

  3. Merci pour ce bon article ! Ici pour l’aine nous avons commencé l’apprentissage à ses 1 ans, par des histoires que son papa lui lisait sur le pot, après nous lui proposions à des moments clefs de la journée…Au final, il aurait pu etre propre en journée dès 18 mois…ms j’avoue avoir été tres flemarde ( seconde grossesse, nous avons attendu un peu après l’arrivée du second pour stopper la couche. J’attends les prochaines vacances de mon époux pour l’arrêt des couches de nuit.
    Je me trouve en retard sur l’acquisition de la propreté de jour, je sais que celle de nuit surtout chez les petits garçons peut être bcp plus tard. Ma pédiatre nous a dit ” l’apprentissage de la propreté a deux ans et demi c’est de la conneries”, ça m’a rassuree car pour moi plus c’est tôt, plus c’est simple. Ds les pays sans couches, les enfants sont propres avant 12 mois, ça ne veut pas dire que l’enfant se retient hyper longtemps ms que les parents savent voir quand il faut amener au pot. Pour le second, je commencerai bcp plus tôt, dès qu’il se tiendra bien assis ( c’est à ce moment la que mes parents nous ont appris).
    C’est difficile j’avoue de savoir quand commencer entre les études( dont celle hyper vieille américaine subventionnée par une marque de couche) qui dit que l’apprentissage c’est pas avant deux et demi, les études qui disent le contraire” plus l’enfant porte de couche longtemps plus la maîtrise des spincters est difficile”…les deux font culpabiliser car au moment où ont se lance on se demande ” est ce vraiment le bon moment”.

    1. Hello ! Je comprends tes doutes mais le mieux finalement n’est-ce pas d’arrêter ce qui se dit à gauche et à droite et de s’écouter ? En effet, je crois que si l’on apprend à s’écouter en qualité de maman et à écouter son enfant, instinctivement on fini par savoir quand est le bon moment. En tous les cas, le mieux est de le faire comme tu le sens et surtout sans aucune pression 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.